Fun fact Les Yeux de la Lune


En presque douze ans, il s’en est passé des choses pour Les Yeux de la Lune. Je ne compte plus les nuits à douter et me poser des questions, à rêver et imaginer des choses impossibles et improbables, tous ces moments où j’ai ris toute seule dans ma chambre en ayant des idées folles, les commentaires de mes bêta-lectrices et de mes lecteurs, leur réactions, les différentes étapes de création… Au fil des années, cela a donné lieu à de drôles de situations et des souvenirs que je chéris, et je me retrouve avec moult petites anecdotes que j’avais très envie de vous partager. En voici une petite sélection :

Imagine, il y a huit ans, je viens de terminer l’écriture du tome 1 et une de mes amies (et seules lectrices de l’époque) me demande les derniers chapitres pour s’occuper lors de son heure de permanence. Désirant un avis sur la fin de ce premier tome, je m’empresse de lui imprimer et de lui donner… Qu’est-ce que j’ai pu rire lorsque, en sortant de cours, elle s’est mise à me courir après dans tout le lycée tellement elle m’en voulait. J’étais écroulée de rire, et tout le monde se demandait quelle mouche nous avait piqué.

La seule personne n’ayant jamais lu les deux tomes (premiers jets), il y a 7 ans, m’affirme encore aujourd’hui qu’elle ne s’est toujours pas remise de la fin (un peu comme moi et Avengers : Endgame. Comment ça s’est hors sujet ?). C’est au point où elle a raconté la fin à son compagnon pour lui prouver à quel point elle était bouleversée et que ce dernier ait dit que c’était une fin géniale. Je ne sais pas si c’est le cas, mais depuis ils me rangent dans la catégorie des auteurices sadiques détesté.e.s par leurs lecteurices… Mais ça va, je le vis bien :p

Au départ, il devait y avoir un triangle amoureux *vomit* Oui, oui, vous avez bien entendu. Pour ma défense, lorsque j’ai créé cette histoire, j’étais en plein dans l’adolescence, bercée par la saga Twilight et les histoires d’amour clichées à l’eau de rose et aux relations toxiques. Faut pas m’en vouloir. Heureusement, j’ai très vite rectifié le tir.

Le nom Léandril est le résultat d’un défi lancé par une copine de lycée. Je construisais tranquillement mon monde, dessinait ma carte, en permanence, en sa compagnie. Quand il a fallu que je trouve un nom pour ce monde si particulier sauf que là : trou noir. Je n’avais aucune idée quand elle m’a sorti « et si tu l’appelais comme moi ? » ne pensant pas que je la prendrais au mot. Léa a donc sa place dans cette histoire et je dirais même qu’elle est le personnage le plus important. Ce jour-là, Léandril est né.

Je ne supporte pas le personnage de Loralia. Genre vraiment pas, j’ai envie de la gifler. Un peu moins dans la réécriture, mais elle est comme ça et elle reste attachante, à sa manière. Mais je la hais. Clairement, IRL, on ne serait pas amies toutes les deux.

Galdor, Yane et Gédric sont mes chouchous. Oui, vous avez bien entendu 🙂

Gédric est la version imaginaire de mon meilleur ami, aujourd’hui décédé. Je voulais lui rendre hommage et je trouve que j’ai réussi.

La fin de la duologie est la seule chose qui n’a jamais changé, malgré les 5 réécritures de l’histoire, malgré les demandes pour changer la fin, malgré les incertitudes… La fin n’a jamais changé et ne changera jamais.

Et voilà pour les quelques petites anecdotes concernant Les Yeux de la Lune. J’en ai d’autres, mais je vous les garde au chaud pour un autre article de ce genre 🙂 Que de souvenirs ! J’en aurais presque la larme à l’œil en repensant à toutes ces choses. En tout cas, il n’y a pas à dire, LYDLL c’est une sacrée aventure, que ce soit pour mes personnages ou pour moi !

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x